réintroduire les fibres _ généralités

Je n’ai pas été très présente cet été, ma vie personnelle est un peu mouvementée. Cependant chaque fois que je reviens, sur le blog je découvre des petits mots gentils de votre part . Par ailleurs, malgré mon absence, vous êtes très nombreux a passer. Il y a donc une importante demande sur les questions de la nourriture sans résidus.

Même si je n’écris pas, je pense à vous. Il y a notamment un article auquel je réfléchis souvent. Parler avec vous de comment réintroduire des fibres. Je pense vous donner quelques exemples de recettes et faire une catégorie à cet effet (et je vais les préposter pour m’assurer de faire vivre le blog -_-° ).

Pour réintroduire les fibres après une période de crise, il faut faciliter le travail de votre fragile système digestif, c’est-à-dire cuire et couper les fruits et les légumes.

Vous ne pouvez pas attaquer directement avec une alimentation « normale ». Il va vous falloir également faire attention à ceux qui favorisent la formation de gaz (très douloureux) : sont à bannir dans un premier temps les choux, les légumes secs (les pois chiche, les haricots secs, les lentilles – les lentilles corail sont les plus digeste selon moi), les légumes très riches en fibres (le poivron, le concombre…).

 

Quelques astuces :

-1/Au delà de ces généralités, c’est à vous de tester des aliments : digérez-vous l’ail? l’oignon cuit et cru? le lactose? les produits à base de levure? les produits très sucrés? la friture? certains épices? Essayez d’introduire les aliments un par un en petite quantité. Demandez-vous si un aliment est digeste de façon générale, avant d’être malade, le digériez vous bien? Avez-vous entendu parler dans votre entourage de quelqu’un qui digère mal un aliment ou une recette que vous n’avez encore jamais gouté?

-2/ Essayez de penser à des « familles » d’ aliments et de recettes qui se digèrent facilement (la banane, les purées…) je vous en parlerais plus longuement dans les posts suivant.

-3/ Faites confiance à votre odorat. Prenez le temps de gouter. Cet aliment que vous avez devant vous évoque-t-il quelque chose que vous avez bien ou mal digéré? Ecoutez vous et donnez vous le droit de refuser un aliment.

-4/ Si vous êtes totalement démuni comme je l’étais au tout début de ma maladie, il m’arrivait de manger des petits pots pour bébé. L’offre s’est beaucoup diversifiée depuis cette période mais, temps que je faisais attention au lactose, mon système digestif a toujours accepté ce que celui d’un enfant de quelques mois accepte ! Evidemment l’alimentation des bébés ne peut subvenir aux besoins d’un adolescent ou d’un adulte mais lors d’un déplacement, d’un déjeuner en urgence ou tout simplement lorsque vous ne savez pas quoi cuisiner, cela m’a rendu personnellement service. Attention : aucun médecin ne m’a jamais conseillé de faire cela, c’est une astuce basée sur mon expérience personnelle.

-5/ Pendant la crise, si vous êtes dénutri, vous pouvez demander à votre médecin si des compléments alimentaires sous forme de briquettes ou de petites bouteilles qui s’achètent en pharmacie vous conviendraient. Il y en a des sucrés (gout café, chocolat, vanille, fruits rouges…) et des salés (soupes…). Pour vous donner une idée, ceux qui sont sucrés ressemblent à des crèmes dessert, type « danette » le gout n’est pas toujours enthousiasmant mais j’en ai un bon souvenir et il y a un très large choix.  Les médecins ne les proposent pas toujours spontanément aussi il ne faut pas hésiter à soulever la question. A titre personnel, il m’est arrivé d’en prendre encore au début de la réintroduction du régime normal, suite à des pertes de poids très importantes. La prise de ces compléments doit se faire avec l’appui de votre personnel soignant, cela vous permettra non seulement d’avoir les bons apports nutritionnels, mais en plus d’avoir une potentielle prise en charge par la SECU (mon expérience est un peu ancienne sur ce point).

Et si un aliment ne « passe » pas, soyez rassurés, ça ne veut pas dire que vous ne pourrez plus jamais en manger : j’ai mis des années à pouvoir boire à nouveau du lait et à présent je peux en boire un petit peu ou en tous cas cuisiner avec du lactose sans problèmes.

Bref : il y a des règles générales, que je vous retranscris ici à partir d’éléments fournis par des médecins ou des nutritionnistes mais vous êtes seuls à même de savoir ce qui vous convient et si vous avez des doutes, on ne le répète jamais assez, consultez un nutritionniste spécialisé (auprès de l’AFA  ou de l’hôpital qui vous suit).

Et pour finir, ça n’a rien à voir mais un peu d’humour (et de conseil pratique) :

https://www.youtube.com/watch?v=YbYWhdLO43Q

 

Gâteau de pommes de terre

Une recette inspirée du très classique livre de cuisine « je sais cuisiner » de Ginette Mathiot. C’est une sorte de purée améliorée qui nous vient de la région du Morvan. C’est sans résidus strict en mettant du lait sans lactose. Attention si vous ne digérez pas les oeufs, ce n’est pas pour vous (je n’ai pas testé en remplaçant l’oeuf par de l’eau pour faire liant même si je pense que ça devrait fonctionner). Ca n’est pas très printanier comme recette, mais chez moi il fait un temps d’hiver ça reste absolument de saison! (de toutes façons, les recettes sans résidus strict sont rarement estivales…) En théorie comptez 15 minutes de préparation et 45 de cuisson. Ginette est plus rapide à l’épluchage de pommes de terre chaudes que moi… je compte un peu plus.

  • 1 kg de pommes de terre
  • 80g de farine blanche
  • 20 cl de lait sans lactose + un tout petit peu pour la dorure
  • 2 oeufs
  • 60g de beurre
  • Sel, éventuellement de régime selon vos prescriptions médicales.

1/ Cuire les pommes de terre en robe des champs à l’eau salée (environ 30 minutes, selon la taille de vos pommes de terre).

2/ Les éplucher et les réduire en purée (il n’est rien précisé dans la recette mais pour ne pas perdre de temps,  je les passe sous l’eau froide pour ne pas me bruler).

3/Incorporer à cette purée la farine, le lait, un oeuf. Saler selon votre goût.

4/Etendre la pâte au rouleau sur une feuille de papier sulfurisé. Lui donner une forme de galette, dessiner des losanges au couteau.

5/Battre l’oeuf et l’allonger d’un peu de lait (pour éviter que votre oeuf ne colore trop. On peu aussi couper avec un peu d’eau). Etaler ce mélange sur le gâteau avec un pinceau ou un morceau de sopalin.

6/ Parsemer de petits morceaux de beurre et faire dorer à four thermostat 7 (210°C) pendant 15 minutes. Bon app’

——-

Selon les sources, les pommes de terres ont sans résidus strict ou élargi. Mon gastro m’a toujours conseillé d’en manger en crise aiguë mais j’ai lu les deux avis sur internet, venant tous les deux de médecins qui ont l’air compétents. Je ne suis pas diététicienne, mais il me semble que cuites à l’eau et réduites en purée, cela reste la façon la plus digeste de les déguster. A vous d’avoir votre avis, avec vos médecins et selon votre propre expérience. Pour ma part et ma maladie, je classe cette recette en « strict ».

______

j’ai les crohns

Toujours à la recherche de recettes pour vous satisfaire, j’ai trouvé ce site qui fait un peu ce que j’aurai aimé faire si je savais prendre de jolies photos et me donner les moyens de mes ambitions: le site j’ai les crohns !

La présentation est très jolie, je ne résiste pas à vous mettre une capture d’écran pour vous allécher. Les recettes m’ont l’air très bien, d’autant qu’il est précisé si elles sont « strictes » ou « élargies », c’est clair et très bien présenté.

j'ai les crohns

 

La recette qui m’a plu : les crevettes au miel

D’abord parce que comme je l’ai déjà dit ici, le miel est un exhausteur de gout sans résidus strict, qui vous amènera du sucre en période de diarrhées, auquel on prête des tas de vertus antibactériennes et qui selon les essences permet vraiment de varier les plaisirs… un produit qu’à titre personnel, j’adore. Ensuite parce qu’on ne pense pas toujours à la sauce soja pour agrémenter les plats mais elle est assez pauvre en fibre (pour vous donner une idée : fibres alimentaire pour 100g de sauce soja : 0,8g, pour 100g de riz blanc : 0,4g), j’en ai discuté avec une nutritionniste qui m’a confirmé que le rapport gout/fibre était une bonne alternative. Mais surtout, j’ai beaucoup aimé la petite astuce de la boule à thé pour infuser des saveurs sans avoir les fibres. Vous pouvez également trouver des systèmes de ce genre dans le commerce avec des infusettes de saveur type ducros mais évidemment, c’est plus limité au niveau des saveurs…

Et surprise : ils citent jemangesansresidus dans leurs liens, alors c’est la moindre des choses que de leur renvoyer la balle !

Bon appétit à vous!

 

livre de recette sans résidus

L’association françois Aupetit propose un nouveau livre de recettes pour les personnes atteintes de MICI. Je ne l’ai pas commandé mais j’ai leur précédent bouquin, je trouve que c’est particulièrement utile pour les malades récents, qui ne connaissent pas encore leur corps!

thumb_2004_default_seize_neuf

15 euros pour les non adhérents, 10 euros pour les adhérents, commandable à cette adresse : http://www.afa.asso.fr/boutique/produit/offre-standard-bien-manger-avec-une-mici.html

Bon appétit !

Crème aux oeufs

Vous êtes vraiment nombreux à venir sur le blog, et je vous en remercie. Vous venez de tout le monde francophone (de France comme moi, mais aussi souvent du Canada, de Belgique, de Suisse… et pas mal d’Espagne, aussi). Cela me met beaucoup la pression car comme je le rappelle souvent, je ne suis pas nutritionniste et beaucoup de recettes ne conviennent pas à un régime sans résidus très très strict (celui que l’on fait avant une colposcopie par exemple). J’essaye d’être attentive, de prévenir des aliments pièges, je cherche avant chaque recette quelles pourraient être les contre-indications… Mais nos maladies sont tellement évolutives et différentes d’une personne à l’autre! Il y a des aliments que l’on digère à certaines périodes alors qu’à priori ils ne sont pas adaptés et d’autres qui ne « passent » pas alors qu’ils sont conseillés. Par exemple, je connais des gens qui mangent de la friture alors que pour ma part, même en rémission totale, c’est impossible.

Tout ça pour vous dire de bien réfléchir, en lisant mes recettes, à votre capacité de digestion de chaque aliment, à ne pas hésiter à demander l’avis d’un médecin … mais sachez qu’on ne déclenche pas une crise en mangeant un aliment.

Ceci dit, une petite crème toute simple pour le dessert, je l’ai prise sur le blog « la popote de Manue » qui regorge d’idées. Je l’ai laissée inchangée sauf pour le lait, et je vous invite à aller voir le post original car il y a des photos par étapes.  Ce blog est très sympa, je suis sure que vous y trouverez plein de recettes quand vous serez rétabli/e/s.

Pour dix ramequins ou un grand plat :

  • 1 litre de lait sans lactose
  • 250 g de sucre dont 100g pour le caramel
  • la pulpe d’une gousse de vanille
  • 6 oeufs très frais (quand les défenses immunitaires sont affaiblies il faut faire attention à manger des oeufs frais, c’est une nutritionniste qui m’a expliqué ça)

1/Déposer le sucre dans une grande casserole et le faire cuire à sec, sans eau sur feu moyen. Lorsqu’il a une couleur ambrée le verser rapidement dans chaque ramequin.

2/Verser le lait dans une grande casserole, ajouter la pulpe de vanille et le sucre, mélanger et porter à ébullition. Laisser infuser 5 minutes.

3/Préchauffer le four à 180°C.

4/Fouetter les œufs puis verser en filtrant et mélangeant le lait vanillé.

5/ Répartir dans les ramequins ou verser dans le grand plat.

6/Enfourner en baissant immédiatement la température du four à 150°C, car la préparation ne doit jamais bouillir.

7/Cuire pendant 40 minutes.

8/Laisser refroidir et déguster.

 

 

canapés apéro à la polenta

La polente (polenta) est très riche en calorie et très pauvre en fibres, c’est un aliment idéal pour nous. Comme il n’est pas toujours facile de prendre un apéro avec ses amis quand on est en sans résidus, je vous propose cette recette qui devrait plaire à tous, tout en étant originale.

Cet apéritif convient aussi pour celles et ceux qui sont en régime sans gluten.

Pour 4 personnes

  • 250g de polenta
  • 1 bouillon cube
  • garniture sans résidus : des cubes de fromages à pâte dure, du fromage à pâte dure râpé ou en miettes, de la vache qui rit, des cubes ou des tranches de jambon blanc ou de dinde, des cubes de blanc de poulet ou de dinde (cuits évidemment)… voyez ce que vous pouvez manger !

1/ Faire bouillir l’eau avec le cube.

2/ Verser la polenta et mélanger. Baisser le feu en remuant régulièrement. Votre polenta est prête quand elle  n’adhère plus à la casserole. Si elle vous parait encore trop gorgée d’eau, vous pouvez l’essorer dans un torchon propre.

3/Etaler la polenta au rouleau entre deux feuilles de papier sulfurisé.

4/Découper des canapés au couteau ou à l’emporte pièce

5/Garnir (par exemple avec un mélange St Moret/ un peu de crème fraiche et des cubes de jambon) et déguster.

_________________________________

Si vous préparez vos canapés à l’avance, ne les placez pas dans le frigo, ils deviendraient mous et fades.

_________________________________

J’ai tiré cette recette du livre Polenta, aux éditions « la plage », de Céline Mennestrier, avec plein de recettes sans gluten (qu’on peut utiliser comme base pour le sans résidus).

 

Charlotte individuelle à la gelée de fruits rouge

Cela fait un petit moment que je n’ai pas posté sur le blog. Ces derniers temps, j’ai pourtant fait pas mal de recettes sans résidus (élargi, afin de ne pas être carencée). Comme j’avais envie de fruits, je me suis inventé une charlotte à la gelée de fruits rouge. Il y a du yaourt dedans, qui n’est pas sans résidus strict. Au début de ma maladie, on m’avait expliqué que, grâce aux ferments lactiques qui suppriment une grande partie du lactose, c’est la façon la plus digeste de consommer du lait -j’imagine que c’est vrai. Comme mon moule était petit, je n’ai d’ailleurs même pas mis un yaourt entier!

IMG_4374Pour une à deux personnes :

  • un petit récipient (petit bol, tupperware, moule à muffin…) pour faire le moule
  • des boudoirs (comme ce sont des gâteaux très secs, ils sont indiqués même en cas de très fortes diarrhées)
  • de la gelée de fruits rouge (la gelée, contrairement à la confiture, entre dans le régime sans résidu même strict)
  • un yaourt nature
  • une demi feuille de gélatine (l’agar-agar étant un produit végétal, je ne sais pas si il est indiqué)
  • du sirop (fraise, grenadine…)
  • facultatif : du colorant alimentaire rouge (quelques gouttes)

1/ Couper vos boudoirs à la dimension de votre récipient. En tremper le bout très rapidement dans du sirop.

2/ Dresser les boudoirs dans le moule, bout humide de sirop vers le bas. Les avoir humidifié même très rapidement les fera mieux tenir (les humidifier trop donnera un gout trop sucré). Poser au fond du moule des boudoirs secs.

3/Hydrater la gélatine dans de l’eau selon les prescription du paquet. Pendant ce temps, faire chauffer de l’eau. En prélever un cuillère à soupe et la mélanger à la gélatine égouttée. Cela devrait suffire à la dissoudre, sinon ajouter très doucement de l’eau chaude. Incorporer la gélatine dissoute dans le yaourt. Ajouter pour l’esthétique quelque gouttes de colorant.

4/Monter la charlotte : remplir le fond du moule de yaourt, ajouter une couche de gelée de fruit puis finir par une couche de yaourt. Pour ma part comme le moule était peu profond, je n’ai fait qu’une couche de chaque avant de finir par une couche de boudoirs.

5/Laisser quelques heures au frigo pour que la gélatine prenne bien et démouler avant de déguster.